les Tilleuls Renversés

Depuis le 19 février 2014, le jardin du 122 rue des Poissonniers accueille l’œuvre de Philip Peryn, qui nous interroge sur un monde en perte de sens. Ses sculptures sont autant de révolte sur l’absurdité et le chaos du monde qui nous entoure. L’installation est constituée de 3 tilleuls mesurant entre cinq et six mètres de hauteur ; ils sont renversés présentant leurs racines face au ciel. 

 

Philip Peryn poursuit un travail autour des racines commençait en 1999. Lors de la création du jardin du 122 Poissonniers, il a été informé que des arbres étaient condamnés à la destruction sur ce site et il a proposé son projet artistique de transformation. L’idée première était de redonner vie à des arbres voués à l’abattage et les exposer transformés sur leur terre d’origine. 

 

Pour Les Tilleuls Renversés Philip Peryn a choisit trois arbres. Il les a fait déracinés, puis transportés sur une friche de la Goutte d’Or, sculptés, puis réinstallés sur leur terre d’origine. Ils sont exposés debout, dans leur verticalité retrouvée, mais, les racines érigées vers le ciel. 

 

Les trois sculptures sont debout, stabilisées pour deux d’entre elles par de fines branches qui à chaque extrémité ont des nœuds, des excroissances donnant l’impression de moignons tronqués et vérolés. L’appui des branches donne l’impression de mouvement, de faux déséquilibre, d’un déplacement, un peu comme ces arbres qui marchent. Puis s’érige le tronc, travaillé lisse ou rugueux qui se termine par des racines retombant comme une chevelure.

 

Dans un monde en perte de sens, qui n’a plus ni queue ni tête, d’endroit et d’envers, Philip Peryn incite le spectateur à regarder et à se « positionner ». 

 

L’arbre est une entité à lui tout seul. Il n’est pas coupé, il est renversé. Besoin de renverser les choses pour l’artiste. Selon Philip Peryn, on est rien sans son rapport au ciel et à la terre nourricière ; les sculptures exposées racines vers le ciel, nous parle de ce lien, et du jeu autour de l’équilibre et du rapport que l’artiste entretien avec la verticalité. 

 

Montrer les racines, c’est revenir à l’essentiel, redonner du sens au monde qui nous entoure. Cette œuvre est dans la continuité de son travail de collecte des poutres abandonnées, des chantiers de démolition et de collecte des arbres cassés, brutalisés par la tempête ou l’homme.  

 

Il transforme, aime ériger de grandes installations monumentales qu’il façonne en leur donnant du sens, racontant une histoire souvent imprégnée de poésie. La démarche artistique actuelle de Philip Peryn est de choisir des arbres, les transformer et les exposer d’une autre manière. Il est à la recherche d’autres arbres qui sont voués à l’abattage, continuant ainsi ce travail artistique de transformation. Pour Philip Peryn, l’artiste a la chance de pouvoir changer les choses. Dans sa symbolique, il peut changer le monde. 

 

 

L’œuvre Les Tilleuls Renversés a été crée en partenariat avec l’association art-exprim pour le montage du projet et la logistique et avec l’appui de la Mairie du 18e. En dehors de l’attrait artistique certain le projet a permis aux arbres d’éviter l’abattage, d’être transformés et réinstallés dans leur espace d’origine, et par conséquent de le valoriser.  

 

Ce fut également l’occasion pour art-exprim de travailler avec les habitants et les jeunes des quartiers Amiraux-Simplon et Goutte d’Or du 18e arrondissement de Paris. 

 

Ainsi, plusieurs actions de médiation ont été mises en place dans le but de faire de cette œuvre, une œuvre, résolument ancrée dans son territoire.